Prévention

  • Mission

Mise en place de programmes divers et adaptés aux publics ciblées permettant de favoriser l’adoption de pratiques et de comportements réduisant les risques d’infection par le VIH/Sida ou autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST).

 

  • Axes de prévention

 

1/ Des actions de proximité pour et avec des publics prioritaires favorisant leur participation active:

les jeunes
les migrants                                                                                                                                                                                             • les personnes incarcérées


2/ Des interventions « Tous publics »

• les stands de prévention
• les personnes relais

Prévention jeunes

 Les jeunes et jeunes adultes restent des publics prioritaires vers et avec lesquels la prévention du VIH/IST doit concentrer une attention particulière face au relâchement des comportements préventifs identifié depuis plusieurs années lors de nos actions de terrain. Objectifs – Améliorer les connaissances des jeunes en matière de VIH/SIDA et autres IST et sur les …

Voir la page »

Prévention migrants

Objectifs – améliorer les connaissances sur le VIH/Sida, les hépatites virales et les autres IST chez les personnes migrantes ; – diversifier les lieux et personnes relais sur VIH/Sida/Hépatites virales et autres IST auprès des migrants ; – améliorer le repérage et la fréquentation par les personnes migrantes des lieux ressources sur la santé en générale et …

Voir la page »

IMG_7291[1]

Prévention en milieu carcéral

Les personnes incarcérées restent des publics prioritaires en matière d’information et de prévention sur les risques de contamination. En effet différentes études menées sur l’état de santé des détenus en milieu carcéral révèlent : – un manque d’information sur les situations à risque, – une prévalence et/ou incidence plus élevées qu’en population générale relevées  pour de …

Voir la page »

Prévention Tous publics

Les actions de prévention « tous publics » permettent de maintenir un « bruit de fond » nécessaire pour rappeler le risque face à une banalisation croissante de l’épidémie et à une baisse générale de la vigilance, alors que l’on dénombre encore en France 7000 nouvelles contaminations chaque année . L’arrivée et l’amélioration des traitements disponibles ont eu un …

Voir la page »