Prévention en milieu carcéral

Les personnes incarcérées restent des publics prioritaires en matière d’information et de prévention sur les risques de contamination. En effet différentes études menées sur l’état de santé des détenus en milieu carcéral révèlent :

- un manque d’information sur les situations à risque,

- une prévalence et/ou incidence plus élevées qu’en population générale relevées  pour de nombreuses pathologies telles que les addictions, les maladies mentales  et le suicide, les infections par le VIH, les hépatites virales, ou encore la  tuberculose (avec des prévalences du VIH 3 à 4 fois supérieure à celle constatée  en milieu libre, et du VHC de 4 à 5 fois),

- une difficulté pour les personnes incarcérées séropositives ou atteintes d’hépatites d’évoquer leurs maladies, avec pour effet une mauvaise observance des traitements.

 

Cette plus grande vulnérabilité des personnes est renforcée par les conditions de vie spécifiques à l’enfermement et la clandestinité des pratiques sous-jacentes puisque interdites en prison (sexualité, injection, tatouage ou piercing).

 

  • Objectifs

- Favoriser un processus de valorisation de soi et de meilleure prise en compte de sa santé ;

- Améliorer les connaissances des détenus sur l’anatomie, le VIH/SIDA et les autres IST, les modes de transmission, le dépistage et la prévention ;

- Valoriser le rôle de personnes relais au sein de la population carcérale ;

- Sensibiliser les professionnels de la prison et les personnes détenues à la lutte contre les discriminations ;

- Orienter et soutenir les personnes séropositives sortant de prison.

 

 

 

  •  Missions

 

Maison d’arrêt de Corbas

- Animation de cycles d’ateliers avec des groupes de 5 à 10 détenus, en collaboration avec l’Unité de Consultation et de Soin Ambulatoires (UCSA).

 

Maison d’arrêt de Villefranche

- Animation de 2 projets par an de sensibilisation par les pairs sur la thématique « prévention des conduites à risque », autour du SIDACTION et de la Journée Mondiale de lutte contre le Sida ; ces événements se déroulent de la façon suivante :

* plusieurs séances de travail sont animées avec l’UCSA, avec des détenus    volontaires pour être formés et devenir des personnes-relais auprès de leurs pairs ; ces détenus co-animent ensuite avec nous un petit-déjeuner santé auprès d’autres détenus de la prison ;

*un événement sportif est organisé par les professeurs de sport avec tenue d’un stand d’information et de prévention ludique animé par l’ALS et l’UCSA ;

 

- Animation de 2 à 3 séances d’information en partenariat avec les professeurs du service scolaire auprès de détenus en groupe « classe » ;

- Sensibilisation des personnels de surveillance par la proposition de formations sur le l’hygiène et les situations à risque dont le VIH/SIDA/HEPATITES, en lien avec leur pratique professionnelle ;  animation en collaboration avec l’UCSA.

 

L’Etablissement Pour Mineurs de Meyzieu

- Animation de cycles d’ateliers en éducation à la sexualité, en collaboration avec le service scolaire, avec des groupes mixtes de 4 à 5 jeunes incarcérés.

 

Travail avec un réseau de partenaires

Nous participons aux comités de pilotage des actions d’éducation à la santé en milieu carcéral animés au niveau de la région Rhône-Alpes, ainsi qu’au groupe de travail piloté par l’association Sidaction réunissant des acteurs nationaux intervenants en prison. Cette dernière collaboration a notamment donné lieu à la réalisation du « guide de l’intervenant en milieu carcéral « .

 

«Ce n’est pas parce que nous sommes enfermés que nous ne pensons pas aux autres, au contraire ! [...] Un grand bonheur de voir l’ordinaire changer un peu, de rencontrer d’autres personnes, de jouer dans une ambiance sympathique.  En plus, on apprend plein de choses sur cette maladie et on en parle entre nous en promenade. On se dit aussi que notre participation contribuera avec les milliers d’autres à trouver un vaccin le plus vite possible. C’est chouette ! »   Samie, un détenu de la Maison d’arrêt de Villefranche