Transmission du VIH

1- Les conditions de transmission du virus

Le virus est présent dans tous les liquides biologiques de l’organisme des personnes atteintes. Il y a un risque de transmission du virus lorsqu’il y a un contact entre un liquide contaminant et une porte d’entrée.

a/ Définition d’un liquide contaminant

Chez tous :  le sang
Chez l’homme : le sperme, le liquide séminal (qui s’écoule au début de l’érection)
Chez la femme : les sécrétions vaginales, le lait maternel

Le virus peut se transmettre par ces liquides car ils contiennent  une concentration de virus suffisante.
Les autres liquides du corps (salive, sueur, larmes, urine) ne sont pas contaminants car le virus est y présent en concentration trop faible.

Il n’y a aucun risque de transmission dans les activités de la vie quotidienne : embrasser, serrer la main, partager des objets (verres, vaisselle…) et dans les lieux publics (piscine, toilettes…).

b/ Définition d’une porte d’entrée

Muqueuse (les muqueuses sont les membranes qui tapissent les parois internes des cavités naturelles de l’organisme : bouche, vagin, rectum, gland…)

Plaie ouverte

2- La transmission

a/ par voie sexuelle
Pénétration vaginale ou anale sans préservatif
Rapports oraux-génitaux

b/ par voie sanguine
Partage de matériel d’injection
Tranfusion sanguine

c/ de la mère à l’enfant
Transmission materno-foetale

Pénétration vaginale et anale

Il y a risque de transmission du VIH chaque fois que des partenaires ont un rapport sexuel avec pénétration sans préservatif et: -  que l’un des partenaires est atteint par le VIH – ou que les partenaires n’ont pas la certitude qu’aucun d’entre eux n’est pas atteint par le VIH   Les rapports sexuels avec …

Voir la page »

Rapports oraux-génitaux

Les rapports oraux-génitaux (contacts bouche-sexe) sans protection présentent un risque de contamination . Ce risque est plus faible que lors d’une pénétration vaginale ou anale mais il demeure présent en raison du contact entre des liquides dits contaminants (en l’occurrence sperme, liquide séminal ou sécrétions vaginales) et une muqueuse (la bouche). Lors de ces pratiques …

Voir la page »

Usage de drogues par voie intraveineuse

Le partage, avec une ou plusieurs personnes, de la seringue et du matériel utilisés pour une injection de drogue est, dans tous les cas, une pratique à haut risque de contamination par le VIH. Ce risque s’ajoute aux autres dangers pour la santé liés à l’usage de drogues par voie intraveineuse.   Le virus de …

Voir la page »

De la mère à l'enfant : Grossesse et allaitement

Quand une femme est atteinte par le VIH, la grossesse, l’accouchement et l’allaitement sont des situations qui comportent des risques de transmission du virus à l’enfant. Les traitements médicaux utilisés ont considérablement réduit ce risque. Les risques de transmission du virus, d’une femme séropositive enceinte, et suivie médicalement, à l’enfant sont aujourd’hui estimés à 1%. …

Voir la page »

Transfusion sanguine

Aujourd’hui, en France et ce depuis fin 1985, aucun cas de contamination n’a été officiellement recencé suite à une transfusion sanguine. En effet, depuis août 1985, un entretien préalable avec chaque personne qui se présente pour un don de sang permet de ne pas retenir celles qui ont pu se trouver dans des situations à …

Voir la page »